Les Chambres de commerce se mettent à l’anglais des affaires

4 juillet 2013 Commentaires fermés sur Les Chambres de commerce se mettent à l’anglais des affaires
Les Chambres de commerce se mettent à l’anglais des affaires

La Chambre algérienne de commerce et d’industrie (CACI) a décidé de créer des centres de langue de haute qualité à Alger, Oran, Annaba et Laghouat, pour améliorer les compétences linguistiques de ses nombreux adhérents et de les initier, notamment, à la pratique des langues étrangères les plus utilisées dans le monde du business.

Dans le cadre de leur engagement à améliorer la qualité de l’apprentissage de l’anglais en Algérie, l’ambassade britannique et le British Council se sont unis pour aider la CACI à concrétiser cet ambitieux projet. Le British Council a ainsi embauché, par contrat, des experts européens en gestion scolaire pour passer dix jours avec les gestionnaires et formateurs de l’école CACI, afin de les former dans tous les aspects de gestion d’une école de langue. Les honoraires de ces experts seront cofinancés par le Fonds de développement commercial de l’ambassade britannique.

Ce sera la première étape d’un programme de trois phases, qui comprendra une consultation en ligne et qui s’achèvera avec le retour des experts, en octobre, pour superviser l’ouverture des quatre centres. Les promoteurs du projet espèrent que ces centres deviendront des modèles d’excellence en Algérie et établiront les normes à suivre en matière d’enseignement des langues. Le programme sera suivi de près par Tahar Asses, chef de l’Association algérienne de la qualité des écoles de langue (Aquals), qui cherchera des façons de transférer cet apprentissage à d’ autres parties intéressées.

Dans une déclaration faite, lundi, à El Watan, Melle Asma Boumaza, responsable du projet au sein de la CACI, a expliqué qu’il est prévu, à terme, de doter chacune des 48 Chambres de commerce du pays d’un centre de langue. Il est question aussi, a-t-elle ajouté, d’introduire progressivement l’enseignement de l’espagnol et d’autres langues. L’idée est de faire en sorte à ce que les langues ne soient plus un obstacle à la coopération économique et au business. A préciser que ces centres de langues ne profiteront pas uniquement aux hommes d’affaires. A ce propos, Melle Asma Boumaza, ayant elle-même une longue expérience dans l’enseignement de l’anglais des affaires, a indiqué qu’ils seront également ouverts au grand public.

 

Source: http://www.elwatan.com

Articles liés

Les commentaires sont fermés.