Face à la chute des cours pétroliers, l’Algérie appelée à réduire ses dépenses !

9 février 2015 Commentaires fermés sur Face à la chute des cours pétroliers, l’Algérie appelée à réduire ses dépenses !
Face à la chute des cours pétroliers, l’Algérie appelée à réduire ses dépenses !

Selon le  chef de la Banque mondiale (BM) pour la région Moyen-Orient et Afrique du Nord (MENA), Mr Shanta Devarajan, l’Algérie n’aura d’autres choix que de réduire ses dépenses ou d’emprunter pour financer son déficit budgétaire et faire face à la chute des cours pétroliers.

En effet, suite au recul des prix du brut sur les économies de la région MENA, Mr Shanta Devarajan a affirmé que de nombreux pays exportateurs de pétrole, à l’instar de l’Algérie, vont continuer à être confrontés à une diminution de leurs recettes et«s’ils ne revoient pas leurs dépenses à la baisse, ils connaîtront un déficit budgétaire supérieur à leurs prévisions». a-t-il expliqué. Il ajouta que bon nombre de ces pays «avaient élaboré leur budget pour l’exercice en cours sur la base d’un prix du baril à 80 ou 85 dollars», alors que les cours du brut évoluent actuellement bien en deçà de 60 dollars.

Contrairement aux riches monarchies du Golfe comme l’Arabie Saoudite, qui dispose d’un matelas financier de 900 milliards de dollars, les autres pays pétroliers dont les réserves de change sont bien moins importantes, telle l’Algérie, ne peuvent s’autoriser de creuser leurs déficits, soutient l’économiste de la BM.  Il insista sur le fait que ces pays «devront faire un choix : réduire leurs dépenses ou continuer à emprunter pour financer leur déficit».

Pour le cas de l’Algérie, affirma-t-il, l’une des réactions possibles face à la baisse des cours du pétrole serait de réduire les subventions aux prix internes de l’énergie, comme commencent déjà à le faire d’autres pays exportateurs de brut.

Pour l’anecdote, en Algérie le prix d’une bouteille d’eau minérale d’un litre et supérieur au prix d’un litre d’essence.

Lire aussi :

Articles liés

Les commentaires sont fermés.