Des bureaux de change agréés dès 2015 en Algérie

15 décembre 2014 Commentaires fermés sur Des bureaux de change agréés dès 2015 en Algérie
Des bureaux de change agréés dès 2015 en Algérie

Le gouverneur de la Banque d’Algérie (BA), Mohamed Laksaci a affirmé dans ses réponses aux députés de l’APN, au terme de la séance consacrée à l’examen du rapport annuel sur les tendances financières et économiques du pays que des bureaux de change seront agréés dès 2015 après la révision du cadre légal régissant cette activité.

Aux députés qui l’avaient interrogé sur la question des bureaux de change, le gouverneur de la Banque d’Algérie a annoncé la révision du cadre législatif et l’entame de la délivrance des agréments au cours de l’année prochaine. L’année précédente, Laksaci avait indiqué à la même occasion, que la BA avait accordé 40 autorisations pour la création de bureaux de change depuis 1997, mais certaines autorisations ont été «retirées» en raison d’infractions de change. A travers la révision des deux directives de la BA (08-96 et 13-79) régissant cette activité, d’autres bureaux seront ouverts ce qui va permettre de mettre en place un climat de concurrence avec les banques commerciales et atténuer un tant soit peu le recours au marché parallèle des changes.

La question de retrait de la circulation des billets de 200 DA de type 1983, de 100 DA de type 1981 et 1982, de 20 DA de type 1983 et de 10 DA de type 1983, a été également abordée par Laksaci qui a expliqué le retard qu’accuse cette opération par le fait de permettre aux détenteurs de ces anciens billets de les échanger auprès des banque. Il a rappelé dans ce sens que ces billets seront retirés de la circulation à la fin de cette année.

Par ailleurs, le gouverneur de la Banque d’Algérie a annoncé le lancement d’un projet qui vise à moderniser le système de paiement de masse au cours du mois de février prochain. Il dira dans ce contexte qu’une centrale de risque globale qui intégrera les ménages va être opérationnelle d’ici à la fin du premier semestre de l’année prochaine qui va coïncider, faut-il le rappeler, avec le retour du crédit à la consommation.

S’agissant du contrôle des opérations de commerce extérieur, Mohamed Laksaci a indiqué que des procès-verbaux qui ont été établis par des inspecteurs assermentés et seront transmis aux tribunaux compétant. « Toute domiciliation au niveau des banques est déclarée à la Banque d’Algérie avant même les transferts. Chaque opération est déclarée à la direction de la balance de paiement », a-t-il dit.

Pour ce qui est des effets de la persistance de la baisse des cours du pétrole sur la situation financière et économique du pays, le premier responsable de la BA a tenu un langage plutôt rassurant contrairement à ce qu’il affirmé ce matin lors de la présentation rapport annuel sur les tendances financières et économiques du pays. « Avec les réserves de changes que nous disposons actuellement, nous pouvons faire face aux chocs externes que ce soit pétrolier et financier, bien que des indicateurs indiquent que la situation peut encore se dégrader », a-t-il assuré.

Selon lui, l’Algérie a les moyens de continuer à financer son économie à court et à moyen terme et il n’est pas exclu que la BA refinance les établissements financiers en leur injectant des liquidités afin de leur permettre de soutenir l’économie nationale. « Nous avons la stabilité financière, ce qui protègera notre économie de tout choc externe », a-t-il soutenu.

 

Source: http://www.leconews.com/

Articles liés

Les commentaires sont fermés.